Géopolitique du Printemps arabe

À propos

Les cyniques disaient que les Arabes ne s'intéressaient pas à la démocratie. Les complaisants affirmaient que les islamistes étaient appelés à prendre le pouvoir au Maghreb et au Proche-Orient pour le conserver longtemps. Tous se fourvoyèrent. Le grand mouvement de contestation, déclenché fin 2010 en Tunisie et qui a balayé une partie du monde arabe, les a surpris tour à tour. Le terme de « Printemps arabe » correspond-il à une vraie réalité ? Quel en fut le moteur principal ? Pourquoi certains régimes ont chuté et pas d'autres ? Comment Assad peut-il impunément poursuivre sa répression meurtrière ? Quel rôle jouent les occidentaux, la Russie et les autres puissances ? Pourquoi les islamistes ont échoué à garder le pouvoir là où ils l'avaient conquis ? Où en est la guerre sunnites-chiites ? Les réponses à ces questions, et à bien d'autres, nécessitent sérieux, clarté et pondération. Car directement ou pas, elles nous concernent tous.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Vie politique dans le monde

  • EAN

    9782130642954

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    256 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

Frédéric Encel

Frédéric Encel, né en 1969, est un géopolitologue français. Il est professeur de relations internationales à l'ESG Management School et maître de conférences à Sciences Po Paris. Directeur de séminaire à l'Institut français de géopolitique, il est également intervenant à l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Il a publié de nombreux essais, dont Atlas géopolitique d'Israël (Autrement, 2015), Géopolitique du Printemps arabe (PUF, 2014), Comprendre la géopolitique (Points essais 2011).

empty