• Au bagne

    Albert Londres

    • Motifs
    • 28 Mars 2012

    Cayenne. Guyane française. Le bagne. C'est l'absolue folie d'une institution qu'Albert Londres, missionné par sa rédaction, va découvrir, entre l'Ile du diable et l'Ile du Salut. Dans cet espace d'exotisme et de misère crue, c'est derrière les barreaux que se rencontrent les hommes. Les tatoués, les parias, les bandits, innocents et criminels, ils sont tous là, inoubliables. Enquête, reportage, Au bagne est un de ces livres majeurs qui, par sa vérité, force les choses. Un an après sa parution, la France fermait pour toujours les portes du bagne.

  • "Les forçats de la route" est un reportage d'Albert Londres publié en 1924. Initialement paru comme une série d'articles dans "Le Petit Parisien" pendant l'été 1924, "Les forçats de la route", parfois connu sous le titre "Tour de France, tour de souffrance", est un reportage exceptionnel sur les temps héroïques du Tour de France : coureurs face à leur solitude, luttant en permanence contre la douleur physique, le long d'étapes sans fin...Pour l'anecdote, le Tour de France 1924 fut remporté par un Italien, Octavio Bottechia, et c'est aussi la première fois qu'un coureur conserva le maillot jaune de la première à la dernière étape.


  • Albert Londres (1884-1932) a laissé son nom a un des grands prix internationaux de journalisme.


    On connaît ses reportages sur les bagnes : journalisme d'investigation, mais qui passe d'abord par la capacité de l'écriture à proposer après coup le chemin même de l'enquête et son enjeu humain. Grandeur de ceux-là à ce qu'ils ne jugent pas, mais construisent l'humain au point exact où la révolte même, ou la peine, ou le partage, deviennent incontestables.


    En 1925, pas question de forcer officiellement la porte des asiles. Il y entrera quand même (et s'en fera 9 fois expulser), parfois se faisant passer pour l'assistant du dentiste. C'est plus facile en province.


    Et c'est hallucinant. La folie est une punition, qu'on redouble dans le traitement asilaire. Misère de ces mouroirs sans hygiène, et 80 000 enfermés... Hauteur d'Albert Londres : ne pas contourner les internements forcés, familiaux ou administratifs, suivre un patient guéri, quand son village d'origine se referme devant lui comme devant une bête malfaisante. Et entrer dans les cachots - sculpter visages, mots et voix avec la même attention et la même ouverture.


    Une psychiatrie tâtonnante, qui garde les cerveaux dans des pots de chambre (hallucinant chapitre), qui peut laisser tremper les gens 36 heures dans l'eau tiède, la tête seule dépassant, ou nourrir de force les patients par intubation nasale, mais qui ne dispose d'aucun médicament contre l'angoisse.


    On ne vient pas ici lire et publier Chez les fous par besoin d'exotisme, ou se rassurer sur la psychiatrie d'aujourd'hui. On est dans le même choc et la même densité humaine que Raymond Depardon a rapporté de San Clemente. On croise aussi, en ouverture et clôture du livre, un précurseur : le Dr Toulouse, la même année qu'il accueille le jeune Antonin Artaud à Paris. La dénonciation politique d'Albert Londres quant aux lois de 1838 qui organisent le système asilaire est violente.


    Mais, parmi les patients, il aurait pu croiser Camille Claudel. Et tous ces visages qu'on vient accueillir dans ce livre, on sait le traitement que leur réserve, en masse, le régime de Pétain en 1940.


    Ce livre est aussi une part de notre inconscient.

    FB

  • Terre d'ébène est un des grands textes anticolonialistes. Il nous vient d'un des plus grands journalistes, pourtant aux idées politiques plutôt de droite, assez favorables à la politique coloniale. Oui, mais voilà, il s'agit d'Albert Londres. Alors, il part en Afrique pendant quatre mois, il en fait le tour, exploitations forestières, agricoles, train Congo-Océan, Dakar, Bamako, Tombouctou, Libreville, il va partout. Et sa langue, en dépit de la chaleur, il ne l'a pas dans sa poche ! Il a beau être « haut comme une pomme », il s'en prend à tout le monde : blancs de l'administration, blancs des affaires, gouvernement, petits blancs fonctionnaires de « la colonie en bigoudis » ; et se livre à un réquisitoire en règle contre un système révoltant, le « moteur à bananes », qui trahit la réalité de l'époque : « L'esclavage, en Afrique, n'est aboli que dans les déclarations ministérielles d'Europe ».

  • "Marseille, porte du Sud" est un reportage d'Albert Londres publié en 1926. Le journaliste nous décrit son Marseille à lui, quelques années après la deuxième exposition coloniale du siècle. Marseille est le port de l'Empire Colonial, mais c'est avant tout une porte, « une porte monumentale, où passeraient, flux et reflux, les cent visages du vaste monde. ». Londres passe en revue le port, les docks, les marins, les immigrants, l'activité incessante, la proximité des colonies, les parfums exotiques, les bois rares et précieux, les foules les plus diverses, s'intéresse aux tatoués, au trafic d'opium, et au passage, il nous peint le portrait d'une ville trois fois millénaire, qui à elle seule constitue une autre histoire de France.

  • En 1929, alors que l'antisémitisme est très présent en Europe, il se rend en Palestine. Il rencontre la communauté juive et tombe face à un peuple exclu. Il se prononce alors pour la création d'un État israélien mais doute sérieusement d'une possible entente entre Juifs et Arabes. Ce livre rassemble vingt-sept articles sur les juifs qu'Albert Londres a écrit. Extrait : Ce n'étaient pas des israélites, mais des Juifs. Je répète cela parce qu'il faut bien comprendre. Les assimilés français, anglais, allemands, hollandais, hongrois, etc., ont renoncé depuis plus ou moins de temps à la vie purement juive. Chez eux, beaucoup plus d'Occident que d'Orient. Les pays qu'ils ont adoptés et loyalement servis les ont baignés de leur génie. Et maintenant, ils sont Français israélites, à peu près comme on est protestant ou catholique français. À notre génie ils ajoutent le leur. C'est tout ce que l'on peut dire. Ceux de Moravie, de Pologne, de Russie, nos Juifs des Carpathes ne sont pas des israélites, mais des Hébreux. Ils sont Hébreux plus que Déroulède ne fut Français. Et c'est leur vie d'Hébreux qu'ils sont venus cacher dans ces montagnes, la même -- la même avec des amendements en accentuant encore le caractère -- que leurs ancêtres menèrent dès leur sortie d'Égypte, l'an 1500 avant Jésus-Christ. Où donc se sont-ils préservés de la contagion européenne~? Dans le ghetto.

  • Septembre 1914. Un jeune journaliste, correspondant du Matin, est envoyé sur le front de Champagne. On vient d'apprendre que la cathédrale de Reims est sous la menace des canons allemands. Le débutant rapporte une série d'articles dont l'un commence ainsi "Ils ont bombardé Reims et nous avons vu cela."
    C'est tout simple, un reportage : des faits, et une plume.
    Cette plume, c'est celle d'Albert Londres qui sera pendant plus de vingt ans le voyageur sans bagage de la presse française, envoyé spécial sur tous les continents : sort des travailleurs africains au Congo, des prostituées de Buenos Aires, des Juifs de Palestine, ou des pêcheurs de perles du golfe Persique, rien de ce qui est humain ne lui paraît hors sujet.
    Un talent, une verve, un goût inentamé pour la vérité. Dans une profession où se sont illustrés Mac Orlan, Béraud, Kessel, il est devenu "le patron".
    Cet ouvrage présente les reportages hors de France d'Albert Londres : La Chine en folie (1922), Le Chemin de Buenos Aires (1927), Terre d'ébène (1929), Le Juif errant est arrivé (1930), Pêcheurs de perles (1931).

  • « Dans la Russie des Soviets » est un reportage d'Albert Londres écrit en 1920 pour le compte de l'Excelsior. Il faut cinquante-deux jours au journaliste français pour pénétrer dans la République Socialiste Fédérative des Soviets Russes. A l'époque, on est en plein « Communisme de guerre » ; les journalistes occidentaux ne sont pas admis en Russie rouge, c'est la guerre civile, la famine dans les villes et les campagnes, l'effondrement de la production agricole et industrielle. Albert Londres y découvre une situation extraordinaire : faim, pauvreté, villes en déliquescence, désertées, morts dans les rues, combats, et ce qui l'étonne d'autant plus, c'est le contraste entre cette terrible réalité et l'intention des dirigeants communistes, celle de faire un « paradis sur terre ». Il nous livre un compte-rendu sans concession d'un pays en proie à une crise sans précédent. Un document exceptionnel, à lire absolument, pour toute personne s'intéressant à l'histoire de la Russie, et à cette période en particulier, sans prisme idéologique, sans oeillères, sans discours préfabriqué, du Albert Londres, quoi !

  • « "Rois, ministres, officiers, gens du peuple, à bas de vos chevaux." À Pékin, dans l'enceinte du Palais d'Hiver, face à la montagne de charbon aux cinq pics et cinq pagodons, sur une stèle millénaire, en cinq langages : mongol, mandchou, chinois, turc et tibétain, ainsi, la vieille Chine, orgueilleusement, apostrophait le passant. À vous tous qui désirez me suivre par les trouées obscures du Céleste Empire en déliquescence, hommes de peu ou de bien, traîneurs de mélancoliques savates ou abonnés de rubriques mondaines, moi, diable blanc et barbare d'Occident, du haut rickshaw1 qui me roule présentement sur le sol immonde et vénéré de la Chine, je crie : - Gens du peuple, officiers, ministres, rois, bottez-vous jusqu'au-dessus du genou, armez-vous de pincettes pour prévenir le contact de toutes choses et en avant ! »

  • Pêcheurs de perles

    Albert Londres

    • Motifs
    • 28 Mars 2012

    Au large des côtes brulantes de la Corne de l'Afrique, Albert Londres observe, fasciné, l'aventure de ces hommes qui plongent à la recherche des huîtres perlières, pour parer la gorge des belles Occidentales. La misère des pêcheurs, la cécité, la surdité qui les affligent, le cynisme des courtiers et des systèmes politiques, mais aussi la poésie des sambouks de la mer Rouge et des marieurs de perles, les rêves de fortune... En 1931, le bourlingueur marche avec les pêcheurs de perles sur la trace des fées" et peint, le verbe haut et l'adjectif corrosif, des tableaux éblouissants du Yémen, de Djibouti-la-Jolie et de Bahrein l'inaccessible, qui ont des "perles au fond de la mer et des étoiles au fond des cieux".".

  • "Contre le bourrage de crâne" est la compilation d'articles écrits sur le front par Albert Londres entre Juillet 1917 et Décembre 1918 pour le Petit Journal alors qu'il est correspondant de guerre, et qu'il doit se frotter à la censure militaire. Le journaliste nous emmène un peu partout sur le front français, à Verdun, Reims, Lille, dans l'Est et le Nord, en Belgique, en Angleterre, à Londres, en Italie, jusqu'à Venise, sur le front autrichien, et après l'armistice, jusqu'en Allemagne, où il décrit un pays vaincu, écartelé entre les révolutionnaires et les mouvements conservateurs refusant la défaite. L'un des textes essentiels à lire quand on veut comprendre la Première Guerre Mondiale, et comment elle fut à la fois conclusion du Dix Neuvième siècle Européen et préambule de la Seconde Guerre Mondiale. Un document indispensable, un témoignage unique, qui façonnera les idées, la carrière et l'indépendance d'Albert Londres.

  • Pékin

    Albert Londres

    Durant tout le mois d'octobre, achetez cet ebook à -50% ! 2.49EUR au lieu de 4.99EUR !
    Partager les émotions des premiers écrivains-voyageurs et retrouver les racines d'un monde intemporel.
    Dans un empire chinois livré aux guerriers, pirates et autres trafiquants, Albert Londres (1884-1932) affiche une humeur désinvolte : l'allure rapide, la réplique amusante, tout laisse entendre qu'une belle comédie se joue à Pékin, pourtant menacée par les seigneurs de la guerre.
    Loin du ton mélodramatique qui prédomine dans le reportage de guerre contemporain, cette voix décalée, restée étonnamment moderne, renouvelle notre regard sur le monde.
    Texte extrait de La Chine en folie, reportage publié dans l'Exelsior en 1922. (Deuxième édition)
    EXTRAIT
    Qui veut acheter le Palais d'Été ? Qui rêve de démolir vingt mètres de la muraille pour se construire une bicoque avec ces pierres sacrées ?
    C'est à vendre.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    « Loin du ton mélodramatique, en Chine, Albert Londres n'y va pas par quatre chemins. » (Bibliomonde)
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Albert Londres nait à Vichy en 1884. Il passe son enfance à la Villa Italienne, pension de famille tenue par ses parents. Il dévore les oeuvres d'Hugo et Baudelaire. Il entre au Matin. Le 1er août 1914, la guerre est déclarée. Il devient correspondant de guerre. Ses papiers font sensations, son style détonne : plutôt que de se réfugier derrière l'objectivité, il écrit à la première personne. Il raconte ce qu'il voit, ce qu'il ressent et ce qu'il sait.
    Il parcourt l'Espagne, puis l'Italie, et met en évidence les bouleversements apportés par le bolchevisme et le nationalisme qui agitent les esprits en Europe. Au Proche-Orient, au Liban, en Syrie, en Égypte, il traite du problème de la domination franco-britannique. Il réussit à entrer dans la toute jeune U.R.S.S. Il enquête sans complaisance, décrit le régime naissant et raconte les souffrances du peuple. En Inde, il se fait l'écho du vent de rébellion qui souffle sur ce vaste pays encore sous domination britannique; et en Chine, il dépeint un invraisemblable chaos.

  • « Les Comitadjis » est un reportage d'Albert Londres réalisé en 1931 dans les Balkans, dans le monde des indépendantistes et terroristes macédoniens de l'ORIM. Londres étudie avec minutie l'histoire, la géographie, les conditions politiques qui prévalent en Macédoine, Bulgarie et Serbie. Sans jamais juger, il décrit l'Etat dans l'Etat représenté par l'ORIM, rappelle la tradition des Haïdoucs, et s'intéresse à leurs méthodes, impôt de la Terreur, assassinat comme mode de règlement politique, tout en maintenant des représentants officiels dans les grandes capitales européennes. Intéressant à double titre, que ce soit pour comprendre le fonctionnement des organisations indépendantistes à tendances terroristes, ou pour appréhender la situation des Balkans d'un oeil nouveau. A découvrir !

  • "Visions orientales" est la compilation de trois textes d'Albert Londres qui complètent avec "La Chine en folie" son voyage initiatique en Asie de 1922. Son texte sur le Japon, écrit quelques mois avant le grand tremblement de terre de Tokyo, nous impressionne toujours par sa clairvoyance, son pouvoir d'observation et sa verve intelligente. Oserons-nous le dire ? Il devine presque le futur conflit du Pacifique...Au Vietnam, il se repose, résiste à la chaleur, découvre le port d'Haiphong, chasse le tigre vers Dalat, et surtout s'éprend de Saigon, « la colonie de la colonie », où l'on rencontre « le dernier argonaute ». Puis il s'aventure dans l'Inde de Gandhi, décrypte le mouvement indépendantiste, et après la Cochinchine, dresse un tableau des comptoirs français en Inde, de Pondichéry, où l'on en veut encore à Louis XV d'avoir laissé tomber Dupleix.

  • Dans ce récit poignant, comme tous ses récits et reportages, Albert Londres se lance sur les traces de Georges Darien et part à la recherche de Biribi, les bataillons disciplinaires d'Afrique du Nord. On ne peut pas ne pas mettre les deux livres en parallèle, ce que d'ailleurs nous avons fait. Londres obtient la fermeture des camps disciplinaires quelques années après la mort de Darien. L'écrivain anarchiste avait porté le premier coup, Londres aura la peau de ces camps de la mort de la République. C'est "Dante n'avait rien vu". A lire absolument.

  • Le «chemin de Buenos Aires» est un reportage d'Albert Londres réalisé en 1927 entre Paris, Bilbao et l'Argentine. Cette fois-ci, le journaliste fréquente le « milieu », rencontre des maquereaux, des prostituées, visite des maisons closes pour son enquête sur la traite des blanches. Albert Londres ne s'intéresse qu'à la réalité, il ne conçoit pas le journalisme comme l'illustration d'idées préconçues. Encore aujourd'hui, son enquête fait grincer des dents : on lui reproche sa trop grande complaisance vis-à-vis de ceux qui exploitent les Franchuchas de Buenos Aires. Nous ne sommes pas d'accord. Si, comme le dit Albert Londres, « la vertu est le vice qui ne voit pas », la pression de la morale moderne est si forte qu'elle en arrive à demander aux journalistes qu'ils l'entérinent par une distorsion de la réalité perçue. Albert Londres ne mange pas de ce pain là. Ce qu'il voit, qu'on veuille l'entendre ou non, il le dit.



  • Y'en a qui font la mauvaise tête au régiment
    Les tires-au- cul ils font la bête inutilement
    Quand ils veulent plus faire l'exercice et tout l'fourbi
    On les envoie faire leur service à Biribi à Biribi
    A Biribi c'est en Afrique où qu'l'plus fort
    L'est obligé d'poser sa chique [se tenir tranquille]
    Et de faire le mort
    Où que l'plus malin désespère de faire chibi [s'évader]
    Car on peut jamais s'faire la paire à Biribi à Biribi
    A Biribi c'est là qu'on marche faut pas flancher
    Quand l'chaouch [le sous off'] crie "en avant marche" il faut marcher
    Et quand on veut faire ses épates c'est peau d'zébi [quand on veut faire le malin, c'est en vain]
    On vous met les fers aux quat' pattes à Biribi à Biribi
    A Biribi c'est là qu'on crève de soif et d'faim
    C'est là qu'il faut marner [travailler] sans trêve jusqu'à la fin
    Le soir on pense à la famille sous le gourbi
    On pleure encore quand on roupille à Biribi à Biribi
    A Biribi c'est là qu'on râle qu'on râle en rut
    La nuit on entend hurler l'mâle qu'aurait pas cru
    Qu'un jour y s'rait forcé d'connaître Mamzelle Bibi [avoir des relations homosexuelles]
    Car tôt ou tard il faut en être à Biribi à Biribi
    On est sauvage, lâche et féroce quand on r'vient
    Si par hasard on fait un gosse on se souvient
    On aimerait mieux quand on s'rappelle c'qu'on subit
    Voir son enfant à la Nouvelle qu'à Biribi qu'à Biribi



    Aristide Bruand


  • Adieu Cayenne

    Albert Londres

    En 1923, il se rend en Guyane où il visite le bagne aux Îles du Salut, à Cayenne et à Saint-Laurent-du-Maroni. Décrivant les horreurs de ce qu'il voit, son reportage suscite de vives réactions dans l'opinion mais aussi au sein des autorités. Lors du reportage qu'il effectue en Guyane sur le bagne, Albert Londres rencontre Eugène Dieudonné, un menuisier anarchiste condamné sans preuve lors du procès qui jugea «la bande à Bonnot». Quelques années plus tard, le journaliste apprend que le forçat s'est échappé, il le retrouve au Brésil où il a refait sa vie. L'auteur nous conte les péripéties de l'évasion, nous décrit l'hostilité de l'environnement, la mer, la forêt, la solidarité mais aussi l'égoïsme des bagnards, les chasseurs d'évadés, etc. Albert Londres fera tout pour que Dieudonné soit gracié et il obtiendra gain de cause. Extrait : J'atteignis le bout de Cayenne. La brousse était devant moi. Un dernier regard à l'horizon. Je disparus dans la végétation. Il s'agissait, maintenant, d'éviter les chasseurs d'hommes. En France, il y a du lièvre, du faisan, du chevreuil. En Guyane, on trouve de l'homme. Et la chasse est ouverte toute l'année ! J'aurais été un bon coup de fusil, sans me vanter. La « Tentiaire » aurait doublé la prime. Fuyons la piste. Et, comme un tapir, je m'avançai en pleine forêt. Au bout d'une heure, je m'arrêtai. J'avais entendu un froissement de feuilles pas très loin. Était-ce une bête ? un chasseur ? un forçat ? Je m'aplatis sur l'humus. La tête relevée, je regardai. C'était Jean-Marie, le Breton. Je l'appelai. Ah ! qu'il eut peur ! Mais il me vit. En silence, tous deux, nous marchâmes encore une heure et demie, le dos presque tout le temps courbé. Et nous vîmes la Crique Fouillée. Brinot, Menoeil, Venet étaient là. On se blottit. Il ne manquait que Deverrer. - S'il ne vient pas, dit Brinot, on aura cinq cents francs de moins, tout est perdu.

  • « Gabriele d'Annunzio et l'incident de Fiume » est une série d'articles d'Albert Londres publiés entre Mars 1919 et Janvier 1921. Ces articles, parus dans Le petit Parisien, puis dans L'Excelsior après que Londres se soit fait licencier du Petit Parisien sur ordre de Clémenceau, gravitent autour de la personnalité de Gabriele d'Annunzio, personnage hybride, rêveur et martial, poète célèbre et aviateur héros de la guerre, qui influencera Mussolini et les Fascistes, plaçant souvent D'Annunzio au mieux dans le camp des fous aux rêves dangereux, au pire parmi les Fascistes ou les pré-fascistes. C'est juste mais c'est réducteur. Ces articles nous permettent de comprendre la situation dramatique de l'Italie à la sortie de la Première guerre mondiale, la promesse (non tenue) faite à l'Italie par le camp des vainqueurs, la France et le Royaume-Uni, le ressentiment italien résultant dans une agitation sociale et politique intense, et dans un sursaut de nationalisme revendicateur. Albert Londres nous fait aussi découvrir le personnage de Gabriele d'Annunzio, son indignation face au sort des compatriotes de Fiume, et le « coup » de Fiume. Ensuite, c'est au lecteur de juger, non pas sur la base de ce qu'il convient de penser ou de dire, mais en fonction des faits.

  • En février et mars 1932, Albert Londres envoie ses derniers articles au quotidien « Le Journal » depuis la Chine. Ce sont ici tous ses articles si précieux tant par leurs qualités journalistiques que sociologiques ou historiques, que nous réunissons dans un unique volume, suivi de « La Chine en folie » où il raconte La Chine d'alors, avec ses quatre cents millions d'habitants, mais aussi celle des seigneurs de guerre, des mercenaires, des bandits et des guerres civiles.
    Une édition électronique complète des 47 articles référencés et illustrés, que l'éminent journaliste Albert Londres consacra à la Chine.
    D'autres articles et enquêtes auraient dû nous parvenir ; malheureusement, ils disparurent avec la mort suspecte d'Albert Londres dans un incendie, alors qu'il revenait de Pékin. Albert Londres semblait avoir découvert un grand scandale en Chine : « Il est question d'armes, de drogue, d'immixtion bolchévique dans les affaires chinoises », rapporte la biographie écrite par Pierre Assouline.
    Format professionnel électronique © Ink Book édition

  • Albert Londres ne réécrit pas l'Histoire, il la vit au plus près, en donne environ deux cents échos qui, ensemble, posent un regard, posent un homme, lui fournissent une réputation toute nouvelle et déjà solide.
    Nous n'avons, dans ce volume, compilé que les articles signés par Albert Londres. On sait qu'avant d'arriver à Reims en septembre 1914, il avait déjà écrit quelques grands articles. Mais, en l'absence de son nom après le point final, ils ont été écartés. En revanche, la lecture attentive, quatre années durant, des journaux pour lesquels il travaillait à cette époque a permis d'exhumer, en pages intérieures, quelques textes passés inaperçus dans des éditions précédentes. L'exhaustivité a été notre objectif, la rigueur dans la transcription tout autant. En comparant l'original et les diverses copies publiées avant celle-ci, des divergences apparaissent. Elles partent, pour la plupart, d'un bon sentiment : rétablir, dans des phrases parfois longues, à coups de virgules par exemple, un rythme convenu - alors que celui d'Albert Londres ne l'est guère, dans l'économie de respirations qui le caractérise. Sa prose est un flux tendu qui restitue, mieux qu'une langue classique, le tempo des événements.

  • « Je demeure convaincu qu'un journaliste n'est pas un enfant de choeur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. » - Albert Londres, est plus qu'une référence pour de nombreux journalistes en France et dans le monde, mais un mythe qu'évoque notamment l'écrivain biographe Pierre Assouline en rendant un vibrant hommage à « ce journaliste hors pair qui a su donner ses lettres de noblesse à une profession qui expédie, de par le monde, charognards impénitents, vagabonds internationaux et flâneurs salariés du reportage au long cours ».
    L'intégrale d'Albert Londres, relue, corrigée, mise en forme et enregistrée au Format professionnel électronique © Ink Book édition.
    Contenant :
    Biographie de l'Auteur
    L'agonie de la basilique (1914)
    Contre le bourrage de crâne (1917-1918)
    Dans la Russie des Soviets (1920)
    Visions orientales (1922)
    La Chine en folie (1922)
    Au bagne (1923)
    Dante n'avait rien vu (1924)
    Les Forçats de la route ou Tour de France, tour de souffrance (1924)
    Chez les fous (1925)
    Le Chemin de Buenos Aires (1927)
    Marseille, porte du sud (1927)
    L'Homme qui s'évada (1928)
    Terre d'ébène (1929)
    Le Juif errant est arrivé (1930)
    Pêcheurs de perles (1931)
    Les Comitadjis (1932)
    La Guerre à Shanghai (1932)
    Adieu Cayennes (1932) (Nouvelle version de l'homme qui s'évada)

  • Dans « Au bagne », Albert Londres raconte son voyage à Cayenne, à une époque, encore très récente, où les condamnés français Au bagne partaient purger leur peine.
    L'auteur est journaliste et le style de son écriture n'est pas celui d'un romancier. Il nous livre des faits, nous raconte ce qu'il voit...
    Comme une plongée "mortifère" dans l'univers du bagne français. Une histoire de "France" méconnue, peu glorieuse pour l'administration d'un état égalitaire...
    Une grande enquête d'un grand reporter.

    Son texte a aboutira à l'abandon du bagne et de ses scandaleuses pratiques en 1932...

    Edition intégrale avec sa "Lettre ouverte à M. le Ministre des Colonies" in fine.

    Suivi de « Adieu Cayenne » : ou le récit de l'évasion d'Eugène Dieudonné, menuisier anarchiste condamné sans preuve pour avoir appartenu à « la bande à Bonnot » et qu'Albert Londres rencontra quelques années plus tard au Brésil...

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • « La guerre à Shanghai » est un reportage d'Albert Londres réalisé lors de l'attaque japonaise de Shanghai fin janvier 1932.
    Albert Londres arrive à Shanghai fin janvier et repart de Chine en mai. C'est son dernier reportage car il périt lors du naufrage de son bateau de retour le 16 mai 1932.

empty