• Dans notre monde radicalement artificialisé, seuls les animaux, en nous rappelant ce qu'a été la nature, nous permettront peut-être de nous souvenir de notre propre humanité. Mais saurons-nous vivre avec eux ? Le voulons-nous encore ? Car l'abattage de masse des animaux, considérés comme simples éléments des " productions animales ", leur inflige une terreur et une souffrance insoutenables, tout en désespérant les éleveurs. Qu'est-ce que l'élevage ? Quelles différences entre " élevage " et " productions animales " ? Quelle est la place de la mort dans le travail avec les animaux ? Peut-on améliorer leur sort dans les systèmes industriels ? Faut-il " libérer les animaux " comme le proposent certains philosophes ? En répondant ici à ces questions, Jocelyne Porcher explique en quoi la capacité des hommes à coexister pacifiquement dépend de leur capacité à vivre en paix et dignement avec les animaux. Et pourquoi, dès lors, sauver l'élevage en évitant son assujettissement au système d'exploitation et de mise à mort industrielles pourrait être une des plus belles utopies du XXIe siècle.

  • SOMMAIRE IntroductionChap I -- L'élevage en France, plus de 30 ans de course à la performance quantitative ; le bien-être animal, point de convergence de nouveaux enjeux sociaux, économiques et scientifiquesLe bien-être des animaux d'élevage, l'affaire d'une société -- Le bien-être animal, une question à choix multiples pour la zootechnieChap II -- Bien-être animal ou bien-être des éleveurs et des animaux dans le travail, petites différences et grandes conséquences dans la façon de poser le problèmeChap III -- Travail, affectivité, communication, comportement animal, des cadres d'analyse aux hypothèses de rechercheEleveurs et zootechniciens, de l'élevage aux productions animales -- C'est quoi le travail ? -- La relation à l'animal d'élevage, l'amour d'abord ? -- Communication et comportement animal -- Représentations et attitudes -- L'élevage, un travail de mise en relation ? -- De l'écoute intersubjective des éleveurs à la validation d'affirmations objectivéesChap 4 : Les représentations de l'animal et de soi dans le travail en fonction de l'espèce et du système de production, résultats thématiques des entretiensChap V -- Représentations et attitudes impliquant la part affective et le rapport individuel et social au travail, valider et généraliser les résultats des entretiensChap VI -- Le travail en élevage entre plaisir et souffrance, résultat des enquêtes et analyses statistiquesChap VII -- Discussion des résultatsChap VIII -- Être éleveur c'est créer des liens, retour sur les cadres d'analyse et les hypothèses de travailConclusion : L'élevage doit mettre en place aujourd'hui de nouveaux rapports de sociabilité entre les animaux et les hommes

  • This book argues for a moral consideration of animal work relations. Paying special attention to the livestock industry, the author challenges the zootechnical denigration of animals for increased productivity awhile championing the collaborative nature of work. For Porcher, work is not merely a means to production but a means of living together unity. This unique reconsideration of work envisions animals as co-laborers with humans, rather than overwrought tools for exploitative, and often lethal, employment. Readers will learn about the disjunction between those focused on productivity and profit and those who favor a more ethical work environment for animals. Porcher's text also engages environmental and political debates concerning animal-human relations.


  • « Ne tuez plus d'animaux ! » Cette requête, Pythagore la lançait déjà il y a vingt-cinq siècles.
    Entre interdire des pratiques telles que la vivisection, la corrida, la chasse ou l'abattage rituel et nous priver de bons rôtis, pour beaucoup il y a un fossé ! Pour d'autres, il faut bannir toute utilisation d'animaux, même pour se nourrir ; tel est le credo du véganisme, ce courant qui prend du poil de la bête.
    Pourquoi cette mode végane, alors que les humains vivent depuis si longtemps avec les animaux ? Pour endiguer notre violence, empêcher nos cancers et sauver la planète, paraît-il. On le sait, les fermes-usines génèrent maintes pollutions et souffrances. Le leitmotiv du « bien-être animal » lève pourtant peu le voile jeté sur les opérateurs chargés d'engraisser ou de tuer sous des contraintes toujours accrues ; il peine aussi à rappeler que le véritable élevage est une relation de travail et d'affection, et que s'en passer aurait de graves conséquences sociales et environnementales.
    Grâce au concours d'une douzaine d'experts, ce livre expose les problèmes et les bienfaits dont la domestication animale est la source. Il permet d'y voir clair dans la cacophonie des discours sur « l'élevage » et il esquisse des scénarios de changement dans notre alimentation et dans nos relations aux animaux.
    Un ouvrage qui dépasse les clivages pour redonner toutes leurs « saveurs » à ces relations !

empty