9782707195876

  • Entre marché mondial et fierté nationale, le coeur des politiques balance. Au coeur de cette opposition réside pourtant une confusion de premier ordre, que certains nourrissent allègrement en prônant une économie débridée tout en assurant, de la même voix forte et volontaire, préserver les valeurs nationales. Une conception erronée que ce livre de Jean-François Bayart veut corriger en replaçant les deux postures dans une même continuité historique et sociale : celle du national-libéralisme. Face aux évolutions tragiques du monde, les élites politiques semblent à court de vision, et l'invraisemblable d'hier devient la réalité d'aujourd'hui, de l'arrivée au pouvoir de l'extrême droite au délitement de l'Europe, des attentats de masse à l'exode des peuples, en attendant peut-être le retour de la guerre sur le Vieux Continent ou en Asie... Si la confusion règne ainsi, c'est parce que notre grille de lecture est tout simplement fausse. Nous croyons que le monde est pris dans deux processus contradictoires : la mondialisation, d'un côté, et le repli national-identitaire, de l'autre. Or, affirme Jean-François Bayart dans ce livre vif et tranchant, ces deux processus participent d'une même dynamique " national-libérale ", qui a conduit les politiques étrangères des pays occidentaux dans une impasse tragique. Ce n'est donc pas un hasard si certains hommes politiques, à l'instar de Sarkozy, Fillon, Valls, Poutine ou Erdogan, se réclament haut et fort tout à la fois de l'économie globale et de la souveraineté nationale. Né du passage d'un monde d'empires à un système international d'États-nations, le national-libéralisme - libéral pour les riches, national pour les pauvres - a conduit le monde au bord du gouffre. Il est grand temps de ne plus laisser le monopole du politique aux marchands d'illusions identitaires, ces faiseurs de malheurs.

empty