Mots du libraire

  • Muté depuis peu au commissariat de Nihonbashi, au coeur de Tokyo, Kaga Ky?ichir? enquête sur le meurtre d'une femme retrouvée étranglée dans son appartement. Fidèle à ses habitues, il s'interroge sur des détails anecdotiques. Comme cette gaufre fourrée au wasabi retrouvée chez la victime. Car ce qui intéresse avant tout cet inspecteur hors norme, c'est de comprendre les tenants et les aboutissants du crime.
    Le maître incontesté du polar japonais est de retour avec un magistral roman à tiroirs.

    Le Divan aime et vous conseille

    Une enquête en forme de déambulation dans un vieux quartier de Tokyo. Comme souvent chez Higashino, le crime est un prétexte pour dresser un portrait curieux et minutieux de la société japonaise. Un polar particulièrement savoureux.

  • encre sympathique

    Patrick Modiano

    « Et parmi toutes ces pages blanches et vides, je ne pouvais détacher les yeux de la phrase qui chaque fois me surprenait quand je feuilletais l'agenda : "Si j'avais su..." On aurait dit une voix qui rompait le silence, quelqu'un qui aurait voulu vous faire une confidence, mais y avait renoncé ou n'en avait pas eu le temps. »

    Le Divan aime et vous conseille

    Voyage dans la mémoire, mise en doute du réel, construction en fragments... Les thématiques chères à l'auteur sont magnifiquement esquissées avec une douce mélancolie.

  • Ils sont trois : un cadavre lardé de coups de couteaux, un suspect errant les mains ensanglantées à l'orée d'un bois et l'inspecteur chargé de l'enquête. Trois hommes qui se connaissaient ; trois hommes qui ne s'étaient pas revus depuis vingt-sept ans.

    Dans les prairies sauvages de Finlande ressurgissent les souvenirs d'une enfance féroce, les traumatismes du passé. Entre les courses à vélo et les vengeances à la sortie de l'école, un pacte de sang a été scellé. Un serment qui se rappellera à eux trois décennies plus tard.

    À la façon d'un Ron Rash ou d'un Dennis Lehane plongés dans une Finlande rugueuse, Arttu Tuominen offre un roman noir puissant, hanté par les conflits entre morale et poids du secret.

    Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail

    Né en Finlande en 1981, Arttu Tuominen est ingénieur environnemental et écrivain. Le Serment a reçu le Grand Prix du meilleur polar finlandais 2020 et est finaliste du très prestigieux Prix Clé de verre 2021 du meilleur polar scandinave, qui a couronné les plus grands maîtres du genre : Stieg Larsson, Jo Nesbø ou Arnaldur Indridason. Ce roman est publié dans la collection Onyx.

    Le Divan aime et vous conseille

    Une enquête qui plonge dans l'enfance de l'inspecteur, superbement rendue par une narration impeccable et une écriture tendue et belle. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un aussi bon polar. Génial !

  • Une enquête d'une ampleur inédite sur la prostitution enfantine en Allemagne, Grande-Bretagne et États-Unis.

    Ils s'appellent Cassie, Gaby, Annette, Rup... Ils ont entre 13 et 17 ans, et vivent aux États-Unis, en Allemagne, en Angleterre. Un jour leur famille leur a paru insupportable et ils ont fugué, puis, pour survivre, se sont prostitués. Ce sont des enfants.
    Gitta Sereny, avec son incomparable talent pour saisir la vérité d'une vie, leur fait raconter leurs histoires, rencontre leurs parents, leurs proxénètes, cherche à les aider.
    Cela se passe dans les années 1980 - il n'y a pas si longtemps. Une époque où des hommes, ici, dans notre partie du monde, pouvaient presque impunément avoir des relations sexuelles avec des mineurs, où la pornographie commençait à devenir un produit de consommation de masse.

    À travers ces portraits, Sereny tente de lutter contre cet état de fait. Certains de ces enfants ont été sauvés, d'autres non.

    Avec leur colère, leur ingéniosité, leur mauvaise foi, leur innocence, ils incarnent cette enfance qui, toujours avide de liberté et pressée de grandir, risque de tomber entre les mains de ceux qui veulent lui faire oublier qu'elle est aussi, et surtout, vulnérable.
    Gitta Sereny (1921-2012), journaliste et écrivaine britannique, est l'auteure de classiques de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, comme Au fond des ténèbres, sur Franz Stangl, le commandant de Treblinka, et d'Une si jolie petite fille, dont la traduction française a connu un grand succès critique et public en 2015. George Steiner écrivait d'elle : « C'est, sans conteste la plus brillante de nos journalistes d'investigation. »

    Le Divan aime et vous conseille

    Gitta Sereny a rencontré des mineurs prostitués aux Etats-Unis, en Allemangne et en Grande-Bretagne. Elle a su les écouter, les faire se raconter. Une plongée glaçante au coeur de la prostitution enfantine.

  • Vieille. Le mot lui-même est tabou. Alors que la société elle-même vieillit, elle a un problème avec les vieux en général et les vieilles en particulier, soumises à une double injonction contradictoire : être authentiques, mais rester minces et jolies.

    Si elles sont moins regardées, invisibilisées, mises de côté passé un certain âge, de nombreuses « vieilles » se découvrent en contrepartie une liberté nouvelle. Alors pourquoi a-t-on, malgré tout, peur de vieillir ?

    Mêlant témoignages, analyses historiques et sociologiques, références culturelles et réflexions de l'autrice sur son propre rapport à la vieillesse, Qui a peur des vieilles ? apporte un regard rafraîchissant sur une question politique toujours tabou et démonte les stéréotypes sur les femmes ménopausées.

    /> Marie Charrel est journaliste au Monde, où elle suit la macroéconomie internationale.

    Elle est notamment l'autrice de Une fois ne compte pas (Plon, 2010), L'enfant tombée des rêves (Plon, 2014), Les enfants indociles (Rue Fromentin, 2016), Une nuit avec Jean Seberg (Fleuve Éditions, 2018) et Les Danseurs de l'aube (L'Observatoire, 2021). Elle a également participé à plusieurs projets collectifs et recueils de nouvelles (L'Institut, PUG, 2018 ; On tue la Une, Druide, 2019).

    Le Divan aime et vous conseille

    Marie Charrel livre un essai percutant et pertinent sur ce que vieillir veut dire lorsque l'on est une femme de plus de cinquante ans et les injonctions que la sociétés impose.

  • La question des jeunes trans gagnerait à être mieux connue du grand public. Longtemps, les identités trans et non binaires chez les enfants et les jeunes ont été comprises comme des pathologies du développement à mettre en veilleuse, voire à corriger. Or, la littérature scientifique actuelle et l'expérience du terrain nous montrent que les identités de genre non conformes sont une expression parmi d'autres de la diversité humaine. Défendant une approche dite «transaffirmative», qui repose sur une vision non binaire du genre, non pathologisante, respectant l'autodétermination et l'expertise des personnes sur leur vie, cet ouvrage pluridisciplinaire entend fournir des fondements théoriques et pratiques sur le sujet, dans le but d'accompagner et d'améliorer la qualité de vie de ces jeunes.

    /> Avec des textes de Éli Abdellahi, Florence Ashley, Alexandre Baril, Greta Bauer, Gabrielle Bouchard, Lucile Crémier, Aaron Devor, Karine Espineira, Maxime Faddoul, Annie Fontaine, Andrée-Ann Frappier, Gabriel Galantino, Shuvo Ghosh, Gabriel Girard, Andreea Gorgos, matthew heinz, Valeria Kirichenko, Zack Marshall, Denise Medico, Annie Pullen Sansfaçon, Jake Pyne, Marjorie Rabiau, Muriel Reboh Serero, Marie-Joëlle Robichaud, Jean-Sébastien Sauvé, Françoise Susset, Charles-Antoine Thibeault, Jacques Thonney, Raphaël Wahlen et Adèle Zufferey.

    Le Divan aime et vous conseille

    Ouvrage pratique et pédagogique pour /et au sujet des enfants trans et non-binaires. Edité au Canada, il donne à voir ce qui ce fait dans ce pays en avance sur la prise en charge et l'accompagnement de ces jeunes.

  • Virginia Hall est une riche Américaine sans histoire lorsqu'elle est recrutée, en pleine Seconde Guerre mondiale par les services secrets britanniques, et envoyée en France pour y mener des actions de sabotage et coordonner la Résistance naissante.

    Une fois sa couverture exposée en 1944, elle échappe de justesse à la Gestapo avant d'être recrutée par les services secrets américains pour lesquels elle coordonne, toujours depuis le territoire français, des actions militaires dont notamment les parachutages au Chambon-sur-Lignon et la libération de la Haute-Loire.
    Journaliste et biographe, Sonia Purnell est l'auteure de plusieurs livres historiques qui s'intéressent notamment aux figures féminines à travers l'histoire. Après avoir connu le succès avec un premier livre sur Clémentine Churchill, la parution de Elle était l'ennemie n°1 de la Gestapo la hisse en tête des ventes, aussi bien aux États-Unis qu'au Royaume-Uni.

    Le Divan aime et vous conseille

    Découvrez la vie passionnante et trépidante de Virginia Hall qui a oeuvré pour la Résistance pendant la seconde Guerre mondiale. Un destin incroyable!

  • Dans Chasseur, cueilleur, parent, Michaeleen Doucleff part avec sa fille de 3 ans apprendre et pratiquer les méthodes éducatives de familles dans trois des plus vénérables communautés du monde : les Mayas au Mexique, les Inuits au-dessus du cercle arctique et les Hadzas en Tanzanie. Elle ne se contente pas de vivre avec ces familles et d'observer leurs méthodes, elle les met aussi en pratique avec sa propre fille, avec des résultats saisissants. Elle apprend la discipline sans crier.
    À partir de ses discussions avec des psychologues, des neuroscientifiques, des anthropologues et des sociologues, elle nous explique comment ces méthodes peuvent avoir des répercussions sur le développement et la santé mentale des enfants.

    Bourré de conseils pratiques que les parents peuvent mettre en oeuvre immédiatement, Chasseur, Cueilleur, Parent nous aide à repenser notre relation avec nos enfants et révèle un paradigme parental universel, adapté pour les familles occidentales.


    Michaeleen Doucleff est correspondante pour la branche Sciences de NPR, radio de service public aux États-Unis. En 2015, elle est membre de l'équipe lauréate d'un Peabody Award pour sa couverture de l'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest. Avant de rejoindre NPR, Doucleff était rédactrice en chef de la revue Celle, où elle écrivait des articles sur la science dans la pop culture. Elle est titulaire d'un doctorat en chimie de l'université de Californie à Berkeley et d'une maîtrise en viticulture et en oenologie de l'université de Californie à Davis. Elle vit à San Francisco avec son mari et sa fille.

    Le Divan aime et vous conseille

    Rencontant quelques difficultés dans l'éducation de sa fille Rosy, Michaeleen Doucleff est allée à la rencontre de différentes communautés au Yucatan, chez les Inuits et en Tanzanie pour découvrir leurs modes d'éducation. Un (en)quête passionnante qui remet en question "nos" modes d'éducation.

  • Fabrice est un lâche.
    Plongé dans l'obscurité d'une salle de cinéma avec sa compagne, Juliette, il n'ose lui avouer ce qu'il a sur le coeur : il ne l'aime plus, depuis longtemps. Après le film, se dit-il. Après le film...
    Pendant la projection, une bande son surprenante se superpose à celle de la romance choisie par Juliette. Des détonations, comme des chapelets de pétard les jours de fête. Des spectateurs se lèvent et retombent au sol. Le corps troué par les balles. C'est une attaque terroriste. Cela dure quelques minutes. Cela dure une éternité.
    Quand tout est fini, Fabrice est l'un des rares à se relever. Juliette gît à ses pieds.

    Commence l'errance de celui qui survit quand tant d'autres sont morts.
    Celui qui trouve dans la policière qui l'interroge une lumière à laquelle se raccrocher. Une histoire d'amour comme une pulsion de vie.
    Mais le sort s'acharne et la policière disparaît. Il est le principal suspect.
    La cavale s'impose, même si Fabrice ne sait rien : ni comment on fuit, ni comment on se cache. Surtout pas comment on recompose une vie explosée.

    Le Divan aime et vous conseille

    Certainement très inspiré de son expérience de patron de la BRI, Christophe Molmy nous offre là un roman noir très réussi. Nuit blanche à prévoir !

  • L'histoire naturelle de la Terre est remplie d'exemples fascinants de convergence : certaines structures biologiques, telles que les yeux, les ailes ou les pattes caractéristiques des lézards grimpeurs, sont apparues de nombreuses fois au fil de processus indépendants. Pourtant, les biologistes de l'évolution nous apprennent qu'il existe également de nombreux exemples de contingence : des cas où le moindre événement - une mutation aléatoire, l'éternuement d'un papillon préhistorique - serait capable de modifier la trajectoire de l'évolution. Quel poids attribuer à ces deux forces dans une nature en perpétuel changement ? Les plantes et les animaux qui existent de nos jours, sans oublier les êtres humains eux-mêmes, étaient-ils tous destinés à apparaître ou ne sont-ils que le résultat du hasard ? Et quelles conclusions en tirer au sujet des formes de vie présentes sur d'autres planètes ?
    Ce livre nous révèle les dernières découvertes de la biologie de l'évolution ainsi que les réponses qui ont été fournies à l'un des plus grands débats scientifiques de notre temps. C'est à un voyage autour du globe qu'il nous invite, à la rencontre des chercheurs qui sont en train de percer les mystères de la vie. Jonathan Losos, l'un des pionniers de l'approche expérimentale en matière d'évolution, nous explique comment des expériences sur des guppies, des mouches à fruit, des bactéries, des renards et des souris de chasse, ainsi que ses propres travaux sur les lézards anoles des Caraïbes permettent de rembobiner le film de la vie pour déterminer à quel point l'évolution peut être rapide et dans quelle mesure son caractère reproductible la rend prévisible.

    Le Divan aime et vous conseille

    La biologie de l’Évolution a fait des progrès depuis La vie est belle de S-J Gould (1989). Si le sujet vous semble hardu mais pique votre curiosité, J-B Losos vous livre ici avec clarté et pédagogie les clés du débat contingence/déterminisme au travers d'une grande variété d'études expérimentales. C'est aussi le travail du chercheur qui est ici mis en avant, le tout avec brio !

  • Quelles sont les conséquences physiques de la dématérialisation ? Comment les données impalpables pèsent elles sur l'environnement ? Quel est le bilan carbone du numérique ? Autant de questions que les utilisateurs d'outils connectés en tout genre ne se posent pas. Et pourtant, la légèreté du net pourrait bien s'avérer insoutenable. Trois ans après sa formidable enquête sur les dessous des énergies vertes, "La guerre des métaux rares" (plus de 70.000 exemplaires toutes éditions confondues, traduit en plus de 10 langues) , Guillaume Pitron nous propose une enquête fascinante qui interroge le coût matériel du virtuel.

    Le Divan aime et vous conseille

    Au fil d'une enquête pour le moins sidérante, l'auteur dénoue les mécanismes d'une accélération exponentielle : celle de l'empreinte numérique, internet en premier lieu. Des data center en surchauffe aux polluants invisibles, des portables énergivores aux câbles transocéaniques, c'est un écosystème en proie à notre quête perpétuelle de dépassement technologique qui se trouve menacé. Une lecture d'utilité publique !

  • "Je voulais qu'il change. Qu'il s'en sorte. Qu'il arrête de voler et qu'il devienne champion olympique. Je rêvais. Je refusais de voir une réalité que pourtant il ne me cachait pas. " De chaque côté du parloir de la prison, deux hommes se dévoilent. L'un, Mathieu Palain, est devenu
    journaliste et écrivain alors qu'il se rêvait footballeur. L'autre, Toumany Coulibaly, cinquième d'une famille de dix-huit enfants, est un athlète hors normes et un braqueur de pharmacies. Champion le jour, voyou la nuit : il y a une " énigme Coulibaly " que Mathieu Palain tente d'éclaircir autant qu'il s'interroge sur lui-même. " L'enfermement, l'amitié et la délinquance, pourquoi certains s'en
    sortent et d'autres pas. J'ai longtemps tourné autour de ces obsessions. Et puis j'ai rencontré Toumany. "

  • L'Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d'intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l'Anschluss par l'auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

    Le Divan aime et vous conseille

    MAGISTRAL ! Avec une acuité mordante, Vuillard démystifie la grande histoire et révèle des rouages politiques et psychologiques d'une médiocrité ridicules. Un grand écrivain, doté d'un style et d'une érudition remarquables !

  • Le chef-d'oeuvre absolu de la science-fiction, adapté au cinéma par Denis Villeneuve. Traduction revue et corrigée.
    Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite. Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et changera le cours de l'histoire. Cependant, les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique : elles veulent créer un homme qui réunira tous les dons latents de l'espèce. Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l'Empire ? Préfaces de Denis Villeneuve et Pierre Bordage. Postface de Gérard Klein. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Michel Demuth.

    Le Divan aime et vous conseille

    Vous avez aimé le film de Villeneuve ? Le roman est beaucoup plus dense, plus complexe au niveau géopolitique et vraiment ambitieux dans sa portée métaphysique ! Une saga épique et INCONTOURNABLE

  • Année scolaire 2015-2016, une station balnéaire dans les sud-est de la France. Un concours de mannequins annonce une étape de sa tournée régionale dans cette ville qui ne s'anime d'ordinaire qu'à l'arrivée des touristes en été.
    Garance Sollogoub, la fille d'une professeure de danse, est d'ores et déjà donnée favorite. Elle attire l'attention d'une bande d'adolescents plus âgés, les plus populaires, ceux avec lesquels elle a toujours rêvé de traîner. Pour se faire accepter d'eux, elle va devoir consentir à quelques sacrifices. En échange, ils vont lui offrir trois choses : l'ennui, le sentiment d'appartenance et la férocité de la meute.
    Quelques mois plus tard, Garance disparaît.
    Elle a menti pour les ailes est un premier roman né de deux interrogations générationnelles : quelle influence le monde numérique a-t-il sur l'évolution du langage, et comment la société de l'hyperconnexion entretient-elle une mélancolie du présent ? Ces personnages nous touchent d'autant plus que, malgré leur jeunesse et leur contemporanéité, ils ont la douloureuse prémonition de leur obsolescence. Dans ces pages, ils deviennent des figures tragiques quand ils se tournent vers leurs pulsions, seuls indices du réel et preuves tangibles du temps qui passe.

    Francesca Serra offre à cette génération des milléniaux, si souvent caricaturée avec la brutalité d'un tweet, une fresque héroïque, charnelle et profondément humaniste.

    Le Divan aime et vous conseille

    Un roman ADDICTIF, d'une très grande maîtrise littéraire. Un plongeon à la fois fascinant et effrayant dans les passions et les tourments adolescents, à l'ère du numérique et de la conversation permanente.

  • propriété privée

    Julia Deck

    Il était temps de devenir propriétaires. Soucieux de notre empreinte environnementale, nous voulions une construction peu énergivore, bâtie en matériaux durables. Aux confins de la ville se tramaient des écoquartiers. Notre choix s'est porté sur une petite commune en plein essor. Nous étions sûrs de réaliser un bon investissement.
    Plusieurs mois avant de déménager, nous avons mesuré nos meubles, découpé des bouts de papier pour les représenter à l'échelle. Sur la table de la cuisine, nous déroulions les plans des architectes, et nous jouions à déplacer la bibliothèque, le canapé, à la recherche des emplacements les plus astucieux. Nous étions impatients de vivre enfin chez nous. Et peut-être aurions-nous réalisé notre rêve si, une semaine après notre installation, les Lecoq n'avaient emménagé de l'autre côté du mur.

    Julia Deck crée un microcosme de protagonistes archétypaux, portant chacun un des maux de notre société. La narratrice, venue dans cet enfer avec son mari qui, d'abord écolo enthousiaste, s'est ensuite révélé être un aigri dépressif, ne sait plus comment se protéger de cet entourage nocif. Usant du pastiche en construisant son livre comme un faux polar, elle souligne avec causticité les hypocrisies de la bourgeoisie d'aujourd'hui et porte un regard sans concession sur la vie de couple. Surtout, au-delà de l'humour, le livre est une savante critique de la rénovation urbaine telle qu'elle est vendue par les pouvoirs publics. (Sylvie Tanette, Les Inrockuptibles)

    Le Divan aime et vous conseille

    Il faut du génie pour faire preuve d'une telle causticité avec en style en apparence placide. Julia Deck parvient à rendre haletant ce quotidien de voisinage pourtant banal, mais dont la vraisemblance peut provoquer l'effroi !

  • Depuis les forêts du Yellowstone aux crêtes du Kirghizstan, des steppes du Haut-Var à la terrasse de son appartement, Baptiste Morizot nous invite à partir sur les traces d'êtres hors du commun, souvent mythifiés : les grands prédateurs - ours, loups, panthères des neiges...
    À travers différents récits de pistage, l'auteur nous propose ainsi de nous "enforester", selon l'expression des coureurs de bois du Grand Nord canadien : porter son attention sur le vivant simultanément autour de nous et en nous, et apprendre à cohabiter avec lui.
    Page après page, le pistage repeuple la nature, et notre monde intérieur.

    Le Divan aime et vous conseille

    A la manière d'un récit d'aventure, le philosophe-baroudeur développe une pensée singulière sur notre rapport au monde sauvage, aux fondements de l'écologie politique.

  • On les appelle spin doctors, genies du faire croire, persuadeurs clandestins ou ingenieurs des ames. Publicitaires, communicants, cinéastes ou propagandistes politiques, ces hommes ont en commun d'etre passes maitres dans l'art de la manipulation de masse.

    Ils bouleversent les regles du jeu politique, font et defont des elections, fabriquent le consentement, défendent les intérêts d'industries polluantes, influencent a leur insu le comportement de millions d'individus. Souvent meconnus, agissant pour la plupart dans l'ombre, ils concoivent et deploient leurs techniques de persuasion en tirant profit des progres constants des sciences et des techniques.

    Spécialiste de l'histoire de la propagande contemporaine, David Colon propose une approche inédite de l'art de la persuasion : il réunit, pour la première fois dans un même livre, les portraits de vingt des plus grands maîtres de la manipulation des XXe et XXIe siècles. De Goebbels a Walt Disney, de Lin Biao a Mark Zuckerberg, Richard Thaler ou Steve Bannon, l'auteur nous raconte l'invention de la propagande de guerre, du lobbying, du nudge ou de la publicité microciblee.

    Le Divan aime et vous conseille

    Qui d'autre que D. Colon, auteur de "Propagande" pour, au travers de cette galerie de personnages déconcertants, nous faire sentir ce que la manipulation doit à la persuasion de masse, tant politique qu'économique ? Ce qu'elle peut avoir de délétère pour nos démocraties, qui plus est à l'ère des mass médias. Avec la psyché de chacun prise pour cible, objectif qui ne s'encombre d'aucune éthique. Une démonstration tout aussi saisissante qu'inquiétante !

  • Nombre de femmes et d'hommes qui cherchent l'épanouissement amoureux ensemble se retrouvent très démunis face au troisième protagoniste qui s'invite dans leur salon ou dans leur lit : le patriarcat. Sur une question qui hante les féministes depuis des décennies et qui revient aujourd'hui au premier plan de leurs préoccupations, celle de l'amour hétérosexuel, ce livre propose une série d'éclairages.
    Au coeur de nos comédies romantiques, de nos représentations du couple idéal, est souvent encodée une forme d'infériorité féminine, suggérant que les femmes devraient choisir entre la pleine expression d'elles-mêmes et le bonheur amoureux. Le conditionnement social subi par chacun, qui persuade les hommes que tout leur est dû, tout en valorisant chez les femmes l'abnégation et le dévouement, et en minant leur confiance en elles, produit des déséquilibres de pouvoir qui peuvent culminer en violences physiques et psychologiques. Même l'attitude que chacun est poussé à adopter à l'égard de l'amour, les femmes apprenant à le (sur ?) valoriser et les hommes à lui refuser une place centrale dans leur vie, prépare des relations qui ne peuvent qu'être malheureuses. Sur le plan sexuel, enfin, les fantasmes masculins continuent de saturer l'espace du désir : comment les femmes peuvent-elles retrouver un regard et une voix ?

    Le Divan aime et vous conseille

    C'est d'un héritage parfois étouffant dont il est ici question : celui de la domination patriarcale qui infuse nos sociétés et donc nos représentations. L'autrice nous montre dans ce nouvel essai comment celle-ci pervertit les relations de couple, ce qui n'est pas sans poser problème lorsque violences physiques ou psychologiques se font jour. Réinventer l'amour ou recomposer les rôles pour l'équilibre de chacun !

  • La modernité a divisé les animaux entre ceux qui sont dignes d'être protégés et aimés et ceux qui servent de matière première à l'industrie. Comment comprendre cette étrange partition entre amour protecteur et exploitation intensive ? Parce qu'elle précède cette alternative et continue de la troubler, la chasse offre un point d'observation exceptionnel pour interroger nos rapports contradictoires au vivant en pleine crise écologique.
    À partir d'une enquête immersive menée deux années durant, non loin de Paris, aux confins du Perche, de la Beauce et des Yvelines, Charles Stépanoff documente l'érosion accélérée de la biodiversité rurale, l'éthique de ceux qui tuent pour se nourrir, les îlots de résistance aux politiques de modernisation, ainsi que les combats récents opposant militants animalistes et adeptes de la chasse à courre. Explorant les cosmologies populaires anciennes et les rituels néosauvages honorant le gibier, l'anthropologue fait apparaître la figure du " prédateur empathique " et les rapports paradoxaux entre chasse, protection et compassion. Dans une approche comparative de grande ampleur, il convoque préhistoire, histoire, philosophie et ethnologie des peuples chasseurs et dévoile les origines sauvages de la souveraineté politique.
    Au fil d'une riche traversée, cet ouvrage éclaire d'un jour nouveau les fondements anthropologiques et écologiques de la violence exercée sur le vivant. Et, en questionnant la hiérarchie morale singulière qu'elle engendre aujourd'hui, il donne à notre regard sensible une autre profondeur de champ.

    Le Divan aime et vous conseille

    Plus qu'un ouvrage sur la chasse abordée par l'auteur sous bien des aspects, ces pages brillantes et enlevées interrogent sur le plan historique et anthropologique notre rapport à l'espace et sa préservation ; et bien sûr, dans toute sa pluralité factuelle, à l'animal qui l'occupe. Où l'on apprend que la violence n'entre pas seule en ligne de compte, le tableau ici dressé faisant fi de tout manichéisme. Passionnant !

  • Kaoutar Harchi mène dans ce livre une enquête autobiographique pour saisir, retranscrire au plus près cet état d'éveil, de peur et d 'excitation provoqué, dit-elle, "par la découverte que nous - jeunes filles et jeunes garçons identifiés comme musulmans, que nous le soyons ou pas d'ailleurs - étions perçus à l'aube des années 2000 par un ensemble d'hommes et de femmes comme un problème." Un livre où l'amour filial et l'éveil de la conscience politique s'entremêlent dans une langue poétique et puissante.

    Le Divan aime et vous conseille

    La puissance de la littérature. Les lumières de la sociologie. La sincérité et la force d'un récit personnel porté longtemps, mis en mots avec clarté et intelligence.

  • Un magistral roman d'apprentissage, une saisissante enquête sur les traces d'un mystérieux auteur menée par un jeune écrivain africain à Paris

    Prix Transfuge du meilleur roman de langue française

    En 2018, Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais, découvre à Paris un livre mythique, paru en 1938 :
    Le Labyrinthe de l'inhumain. On a perdu la trace de son auteur, qualifié en son temps de " Rimbaud nègre ", depuis le scandale que déclencha la parution de son texte. Diégane s'engage alors, fasciné, sur la piste du mystérieux T. C. Elimane, où il affronte les grandes tragédies que sont le colonialisme ou la Shoah. Du Sénégal à la France en passant par l'Argentine, quelle vérité l'attend au centre de ce labyrinthe ?

    Sans jamais perdre le fil de cette quête qui l'accapare, Diégane, à Paris, fréquente un groupe de jeunes auteurs africains : tous s'observent, discutent, boivent, font beaucoup l'amour, et s'interrogent sur la nécessité de la création à partir de l'exil. Il va surtout s'attacher à deux femmes : la sulfureuse Siga, détentrice de secrets, et la fugace photojournaliste Aïda...

    D'une perpétuelle inventivité,
    La plus secrète mémoire des hommes est un roman étourdissant, dominé par l'exigence du choix entre l'écriture et la vie, ou encore par le désir de dépasser la question du face-à-face entre Afrique et Occident. Il est surtout un chant d'amour à la littérature et à son pouvoir intemporel.

    Le Divan aime et vous conseille

    Époustouflant ! Quête personnelle et enquête littéraire, ce roman à l'écriture envoûtante vous entraînera d'un continent à l'autre, du XIXe siècle à 2018, sur les traces d'un livre mythique et de son mystérieux auteur... Grand coup de cœur !

  • L'Irak a 100 ans. Ce vaste pays du Moyen-Orient de 40 millions d'habitants peine à s'inventer une identité partagée et se trouve au bord de l'implosion.

    Résultat d'un découpage arbitraire fait par les Britanniques en 1921 à la suite du démantèlement de l'Empire ottoman, l'Irak s'est construit sans socle politique et culturel commun. Divisé en trois régions occupées par trois communautés - les chiites au sud et majoritaires, les sunnites au centre, les Kurdes au nord -, le pays souffre des rivalités entre ces entités que tout oppose : ni la langue, ni les modes de vie, ni la mémoire collective ne les réunit. De Bassora à Mossoul, de Bagdad à Erbil, l'absence de mythe fondateur et de projets communs retournent violemment ces groupes les uns contre les autres.

    C'est une histoire passionnante à laquelle nous convie le francoirakien Adel Bakawan qui aime son pays autant qu'il s'en désespère car, après un siècle, le projet initial d'intégration nationale du roi Fayçal reste dans l'impasse. Aujourd'hui, face à la corruption généralisée, la main basse des partis sur les ressources du pays - l'Irak vit à 95 % du pétrole -, les ingérences de l'institution religieuse, la milicisation du pays et l'injustice sociale profonde, la nouvelle génération, désillusionnée, exprime une réelle colère contre les classes politiques et constate l'échec de l'unification de l'Irak, sans trouver d'horizon.

    Le Divan aime et vous conseille

    Si cet ouvrage narre le centenaire de l’État irakien, c'est que déjà fragmenté en tous points à cette date, la réalité d'une nation irakienne, d'une irakicité n'a jamais pu voir le jour. Par la faute des Britanniques, d'une interaction délétère entre chiites, sunnites et kurdes, de Saddam puis des Américains qui ont contribué à miliciser le pays à tout va. Un siècle de faillites que l'auteur nous présente avec force de clarté. Saisissant et brillant !

  • apaiser nos tempêtes

    Jean Hegland

    • Phébus
    • 19 Août 2021

    Les parcours d'Anna et de Cerise n'ont rien de commun.
    Promise à une brillante carrière, Anna étudie la photographie à l'Université de Washington ; lycéenne, Cerise habite en Californie sous l'emprise totale de sa mère. Lorsque chacune des jeunes femmes tombe enceinte par accident, Anna avorte, et Cerise garde l'enfant.
    Dix ans plus tard, leur choix aura déterminé le cours de leur vie. D'espoirs en déceptions, de joies en drames, Anna et Cerise, bientôt réunies par le hasard, apprennent à être mères, et à être femmes.
    Dans ce roman d'une portée universelle et d'une rare force émotionnelle, Jean Hegland raconte le monde au féminin dans ce qu'il a de plus fondamental : le rapport à l'enfant. Au-delà du choix de donner ou non la vie, elle dit combien le fait d'élever nous construit et transforme notre existence.
    Née en 1956 dans l'État de Washington, Jean Hegland est l'autrice de trois romans dont Dans la forêt (Gallmeister, 2017), traduit dans soixante-dix langues. Apaiser nos tempêtes est son second roman paru en français, après une première publication en 2004 sous le titre original Windfalls.
    Aujourd'hui, Jean Hegland habite en Californie du Nord où elle se consacre à l'écriture, à l'apiculture et à l'enseignement de creative writing. En 2019, elle a été accueillie par la Fondation Jan Michalski en Suisse pour l'écriture de son prochain roman.

    Le Divan aime et vous conseille

    A travers le destin et les chemins de deux femmes, Jean Hegland nous offre une fable universelle sur la complexité d'être femme et mère. Un bijou de littérature américaine à mettre entre toutes les mains ! Une merveille !

empty